Vous êtes ici : accueil > Les entreprises accompagnées > Entreprises accompagnées hors TIC > Menapic

 

MENAPIC, des recherches mécaniques à l'échelle nanoscopique

MENAPIC est issue de travaux de recherche menés par un laboratoire de l’IEMN, installé à l’ISEN. Egalement hébergée par l’ISEN, au centre de Lille, MENAPIC restera dans un premier temps dans ces locaux.

MENAPIC est accompagnée par le MITI depuis juin 2009. Formalisation des ambitions, acquisition de la culture d’entreprise, création d’un business plan, rédaction du cahier des charges de l’étude de marché ou recherche de capitaux-risqueurs le MITI vient en aide à MENAPIC sur de multiples volets.

 La prestation de service : tremplin de MENAPIC
MENAPIC développera deux métiers en lien avec l’exploitation de l’acoustique picoseconde colorée.

- en prestation de service pour les entreprises, la mesure de propriétés mécaniques, notamment l’élasticité, à l’échelle micro et nanoscopique ;

- le développement et la vente d’appareils de mesure de propriétés mécaniques à échelle micro et nanoscopique pour les industriels.

Compte tenu du temps, des moyens humains et financiers nécessaires au développement de l’outil, la prestation de services permettra de démarrer rapidement l’entreprise.

 En attente de capitaux pour la R & D
MENAPIC a une logique de création de son activité à long terme. En effet, le programme de recherche pour le développement d’un prototype de l’outil devrait durer 2 à 3 ans et concerner deux chercheurs à temps plein. A l’issue du programme de développement, MENAPIC commercialisera une gamme d’appareils d’acoustique picoseconde colorée. Participation aux concours, notamment à celui du Ministère de la Recherche, rencontre d’investisseurs potentiels, les actionnaires de MENAPIC, comme tous créateurs d’entreprise, déploient au jourd’hui leur énergie à la concrétisation de leur projet.

 La mesure à échelle nanoscopique, un marché porteur
Dans un premier temps, MENAPIC va surtout développer la prestation de service. Le principal marché identifié de MENAPIC est celui de la micro-électronique, en France, mais aussi en europe, au Japon et aux USA. Son intérêt a été démontré sur un composant électronique à gros volume de production : le résonateur BAW, dédié au filtrage radio-fréquence en téléphonie mobile.

En réalité, les applications industrielles sont nombreuses, car dès qu’il s ’agit de travailler sur des couches minces, inférieures à un micron, des problèmes mécaniques se posent, la couche mince ayant un rôle actif sur la structure. L’entreprise compte se diversifier en s’adressant à d’autres marchés pouvant être intéressés par les solutions apportées par MENAPIC, comme la verrerie ou la métallurgie.

Pour les industriels, la technologie offre une grande précision de mesure. Elle permet de diminuer les coûts de développement, présentant un atout pour la conception, et permet un contrôle fin de la production. Quant à la concurrence, elle existe à travers une entreprise située aux USA et disposant d’une technologie plus ancienne. L’avenir s’annonce donc sous de beaux auspices pour MENAPIC…

 Des clients, avant même d’avoir créé la société
En réalité, la technologie développée par l’équipe de l’IEMN a d’ores-et-déjà été testée chez plusieurs industriels, notamment chez ST Microelectronics qui a des accords spécifiques de coopération avec l’IEMN. Servir ce leader en électronique et médiatiser cette relation, a retenu l’attention de nombreux autres industriels qui sont venus voir l’innovation. De plus, la publication de résultats de recherches et la participation à des conférences internationales ont été des vecteurs d’information significatifs.

En tant que laboratoire de recherche, l ’organisation n’était pas prévue pour réaliser des prestations à grande échelle aux industriels. Le développement de cette technologie passait donc, de fait, par la création d’une start-up dédiée.

Pour les industriels, MENAPIC propose la réalisation de prestations de caractérisation.

Dans un deuxième temps, MENAPIC proposera un appareil adapté aux exigences métrologiques de leurs applications.

 Patrick EMERY, de l’innovation à la création d’entreprise
Ingénieur ESTP, avec en poche un DEA d’acoustique appliquée, Patrick Emer y a fait sa thèse avec Arnaud DEVOS. Resté dans le même laboratoire en Post Doc, il a eu l’idée de créer MENAPIC en mai 2009.

Il maîtrise les éléments techniques d’un montage d’acoustique picoseconde coloré, les possibilités métrologiques de la technique et a démontré l’intérêt de cette technique pour les couches minces.

Son ambition : apporter à l’industrie de réelles avancées provenant de la recherche, c’est-à-dire de passer de l’innovation de laboratoire aux applications concrètes de l’industrie.

Patrick se retrouve donc tout naturellement à la tête de MENAPIC, assurant seul dans un premier temps, le commercial et la gestion de l’entreprise. Sa capacité à développer un réseau relationnel, son sens de la pédagogie ont réellement séduit clients et partenaires.

 Arnaud DEVOS, chercheur entrepreneur
Ingénieur ISEN, Arnaud DEVOS a accompli une thèse en physique théorique à l’IEMN. C’est lors de son Post Doc à Paris chez Bernard PERRIN, qu’il a découvert l’acoustique picoseconde. Cette spécialité consiste à mesurer, à l’intérieur de la matière, des ondes acoustiques.

Entré au CNRS en 1998, au sein de l’IEMN, il a mis en place cette technologie en a joutant un paramètre réellement novateur : la couleur. En effet, la découverte est qu’il existe des incidences quand il y a changement de couleur du laser. Six personnes ont travaillé à cette innovation, de l’amont à l’application et un brevet a été déposé en 2005.

Quand Patrick Emery est venu lui proposer de créer ensemble une entreprise ayant pour objet cette technologie, il n’a pas hésité une seconde, voyant là de façon évidente, le moyen de valoriser les recherches entreprises au sein de son équipe. Chargé de recherche au CNRS, Arnaud DEVOS conservera sa fonction à 80%.

 A partir d’un brevet du CNRS, asseoir toujours plus les partenariats
Le brevet que MENAPIC exploitera dans son activité appartient au CNRS, car il a été développé dans son laboratoire, par ses équipes. Mais l’intérêt de la recherche étant de trouver des applications, le CNRS a signé un contrat de licence exclusif avec MENAPIC.

Dès la création de l’entreprise, les créateurs envisagent de développer les partenariats avec des industriels et d’autres laboratoires français. Par ailleurs, l’implantation de MENAPiC au sein de l’ISEN lui permettra de puiser dans les compétences développées à l’école.

Envoyé un mail
Veuillez indiquer l'adresse de destination :