Sélectionnez une parution :

Vous êtes ici : accueil > Focus Laboratoire

L’ENSCL cultive l’alchimie entre recherche et entreprises

Les équipes de recherche de l’Ecole nationale supérieure de chimie de Lille (ENSCL) se distribuent autour de trois axes de recherche principaux que sont : “matériaux et énergie, sécurité”, “sécurité, réaction et résistance au feu des matériaux” et “ingénierie de la formulation”, au total près de 200 per- sonnes constituent les équipes de l’ENSCL sous des statuts divers et mixtes notamment avec l’Université de Lille 1 et le CNRS.
Toutes les équipes cultivent depuis leur création des relations étroites avec les entreprises de leur secteur. Que ce soit par des projets de recherche, par leur implication dans les pôles de compétitivité ou à travers la création du GIP CREPIM (Centre de Recherche et d’Etudes sur les Procédés d’Ignifugation des matériaux), les chercheurs gardent en permanence à l’esprit les enjeux économiques des entreprises avec lesquelles ils collaborent. Portrait d’une école d’ingénieur ancrée dans son environnement économique et industriel.



Des relations labo-entreprises précieuses

Serge Bourgibot est enseignant chercheur et directeur de recherche de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Lille dont il dirige également l’équipe ‘réaction et résistance au feu’ de l’unité Matériaux et transformation (UMET UMR 8207). “L’équipe a deux axes principaux de recherche: d’une part la conception de nouveaux matériaux, d’autre part la compréhension et l’amélioration des matériaux existants. Les fonds privés représentent près de 70% de notre fonctionnement et nous avons depuis très longtemps des relations étroites avec les entreprises locales mais aussi internationales de notre secteur. Sur l’axe “résistance au feu des matériaux”, par exemple, nous travaillons avec de grands groupes chimiques comme BASF ou Bayer mais aussi le secteur appliqué de la sécurité incendie comme Alsthom. Ce constat est également valable pour les autres équipes de recherche.”
Les relations entre l’ENSCL et les entreprises empruntent trois voies principales. “Tout d’abord les relations régulières que nous entretenons avec les entreprises qui accueillent régulièrement nos élèves ingénieurs en stage. C’est une voie de connaissance mutuelle qui permet de nouer des liens forts et pérennes : Arques International par exemple, ou encore Huntsman aux Etats-Unis sont des partenaires de longue date. Deuxième voie de contact avec les entreprises, nos participations aux pôles de compétitivité (l’ENSCL est partenaire des pôles Maud, I-Trans et Uptex) ou encore nos engagements dans des projets comme celui du CREPIM à Bruay-La-Buissière, il y a plus de 20 ans, dont nous avons été l’un des cofondateurs et sommes encore actionnaire. Enfin, le réseau, celui de nos chercheurs qui nouent des contacts à l’occasion de leurs interventions dans les colloques et séminaires internationaux et aussi le réseau des anciens qui peuvent se tourner vers nous pour répondre à une problématique, parce qu’ils connaissent bien nos compétences.” Mais, au-delà de ces liens “naturels”, l’ENSCL est consciente de la volatilité de ces collaborations et met un soin tout particulier à se maintenir au meilleur niveau : “Nos équipes sont en veille permanente, nous cherchons à nous tenir au courant des thématiques industrielles et, le plus souvent possible, à les anticiper. En effet, elles correspondent souvent à des axes de recherche très intéressants.”



Disponibles pour des projets de recherche

Les équipes de l’ENSCL s’attachent à ne s’engager que dans de véritables projets de recherche et ne pas se transformer en prestataires de service. “Nous avons l’avantage de pouvoir démarrer très rapidement car le directeur de l’école bénéficie d’une autonomie importante. C’est un aspect crucial dans la réactivité et la réponse apportée aux entreprises. Dès que le projet est défini et cadré, nous avons la possibilité de mobiliser les moyens adhoc que ce soit via une thèse, un contrat Cifre ou encore l’embauche d’une personne (technicien, ingénieur ou postdoc) dédiée au projet.”
Et, s’il fallait encore faire la preuve de son dynamisme et de ses liens avec les milieux économiques, fin 2011, l’ENSCL a accueilli le Congrès de la société française de génie des procédés qui a rassemblé à Lille près de 650 spécialistes francophones, principalement axés vers les entreprises, et organisera en juillet 2013 un congrès international sur le feu qui rassemblera environ 300 professionnels et académiques internationaux.



Pour info
  • Alliance d'Improveeze et de Creo-Ignem

    Improveeze, spécialiste des solutions interactives et connectées pour les lieux de vente, et Creo-Ignem, spécialisé dans le développement d’applications mixtes Web / Smart-Client, ont uni leurs compétences pour connecter en un temps record les magasins King Jouet à leur site e-commerce via des bornes interactives tactiles. “Grâce à la qualité de nos solutions respectives ainsi qu’à la parfaite collaboration humaine entre les équipes d’Improveeze et de Creo-Ignem, il nous a fallu moins de 2 mois pour réaliser ce projet ” explique Maxence Dislaire, Président d’Improveeze.

  • Lancement de Certigna SSL

    La société Dhimyotis spécialisée dans les solutions d'authentification, de signature électronique et de chiffrement, propose depuis décembre 2011, une offre de Certificats SSL français et qualifiés, via son site www.certigna.fr. Installé sur un site internet, le Certificat SSL permet à l'internaute de vérifier qu'il est sur le vrai site et lui permet également de rendre confidentiels les éléments qu'il envoie sur ce site. Certigna SSL se présente comme un complément du service Mapreuve.fr. En effet Certigna SSL sécurise les sites internet, et Mapreuve en protège leur contenu.

  • Un livre pour Oxyo Water

    E. Hassenforder et B. Noury, porteurs du projet Oxyo Water, société spécialisée dans la gestion stratégique des projets complexes dans le domaine de l’eau, viennent de publier un livre intitulé “New Perspectives for the management of water projects – Models and applications from 8 transboundary bassins”. Ce livre reprend les conclusions de leur étude de terrain dont l'objectif était d’analyser, sous l’angle managérial, 10 projets de coopération dans 10 bassins transfrontaliers à travers le monde.