Sélectionnez une thematique :

Vous êtes ici : accueil > Focus Laboratoire > LAMIH, LE LABORATOIRE QUI VOUS VEUT DU BIEN

LAMIH, LE LABORATOIRE QUI VOUS VEUT DU BIEN

Depuis que l’homme a créé des machines pour se déplacer, il a mis en péril sa vie et celle des autres. Cette fatalité, le LAMIH (Laboratoire d’Automatique de Mécanique et d’Informatique industrielles et Humaines) cherche à la combattre. Le LAMIH est une Unité Mixte de Recherche (UMR 8530) entre le CNRS et l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (UVHC) implantée au coeur du campus universitaire du Mont-Houy. Grâce à la pluridisciplinarité de ses recherches qui mettent en synergie la mécanique, l’automatique, l’informatique et la psychologie- ergonomie cognitive, ce laboratoire apporte des solutions pour améliorer la sécurité et le développement durable des moyens de transport terrestre (dits de surface), son principal champ d’application.



Une pluridisciplinarité au service de l’humain

Étudiant la déformation des matériaux ou encore la biomécanique du choc, le LAMIH dispose des derniers équipements pour innover en terme de recherche sur la sécurité dans les transports. Ses recherches portent également sur la coopération et la fiabilité humaine pour les tâches de contrôle, la supervision des systèmes homme-machine et leur automatisation afin de faciliter la prise de décision, ou sur la biomécanique du mouvement humain. Ses études permettent, par exemple, d’améliorer les équipements et l’ergonomie des véhicules adaptés aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. C’est d’ailleurs le credo du Directeur du LAMIH, Eric Markiewicz, qui répète à l’envie : « Nous sommes, avant tout, au service de l’humain ! » …Et de la planète, pourrait ajouter le Directeur, puisqu’une de ses équipes mène, depuis 2005, des recherches pour l’optimisation et la modélisation de la commande moteur de véhicules à propulsion hybride (thermique et électrique).



Des relations industrielles développées

Le LAMIH a développé de multiples partenariats pérennes avec les industriels et les grands opérateurs du secteur des transports. Il est ainsi l’un des membres fondateurs du GRRT (Groupement Régional de Recherche sur les Transports). Cette association fédère tous les acteurs régionaux qui œuvrent dans le domaine du transport (les industries ferroviaires et automobiles, les collectivités territoriales, les exploitants, les laboratoires et centres de recherche, etc…) pour concevoir les transports de demain, plus sûrs, plus efficaces et aussi plus respectueux de l’environnement. Son étroite relation avec VALUTEC, société anonyme filiale de l’Université qui a vocation à gérer et valoriser les activités de recherche, permet depuis plusieurs années au LAMIH de transférer ses savoirs auprès des entreprises et d’apporter sa collaboration à des projets de création d’entreprise.



Pilote d'un projet de centre de recherche internationale

Le laboratoire valenciennois coordonne également le projet CISIT (Campus International sur la Sécurité et l’Intermodalité des Transports), destiné à devenir un centre de référence internationale pour la recherche, l’innovation technologique et les formations scientifiques dans le domaine du transport. Son grand objectif est de relever le défi de la mobilité durable des personnes et des biens (www.CISIT.org). Inscrit au CPER 2007-2013, le CISIT fédère les compétences de 12 laboratoires régionaux et mobilise un potentiel humain de plus de 350 personnes.



Une visibilité accrue

Organisé en 8 équipes de recherche, le LAMIH compte 220 enseignants- chercheurs, ingénieurs, techniciens et administratifs, doctorants et post- doctorants. Prochainement, le Laboratoire de Mécanique des Fluides et Energétique et le Laboratoire des Matériaux et Procédés rejoindront le LAMIH portant ainsi l’effectif du laboratoire valenciennois à 300 personnes. «Nous devons être de plus en plus visibles et compétitifs. Il faut donc veiller à notre rayonnement national et international. L’arrivée de ces nouvelles équipes ne peut donc qu’être bénéfique pour le laboratoire» déclare Eric Markiewicz, visiblement confiant dans l’avenir, un avenir où il fera bon se déplacer… en toute sécurité !



Mention campus "Innovant"

Cet ensemble cohérent s’inscrit non seulement dans le cadre d’une stratégie de développement international du LAMIH mais aussi dans le cadre des projets scientifiques et de développement économique adossés à l’Université. Le LAMIH est en effet au centre d’une politique volontariste de l’UVHC qui a permis, dans le cadre de l’appel à projet du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, de bénéficier de la mention campus "innovant" pour son projet de “campus transport durable".



Pour info
  • Ca plane pour A-VOLUTE !

    A-Volute, start-up régionale et expert mondial du son 3D pour les applications industrielles, apporte son savoir-faire pour imaginer le cockpit des avions et hélicoptères de demain. L’entreprise participe en effet au projet ALICIA, financé par le FP7, programme-cadre pluriannuel constituant le principal instrument communautaire pour le financement de la recherche. ALICIA regroupe un consortium d’entreprises, d’universités et de centres de recherche européens, et le moins que l’on puisse dire est qu’A-Volute a su s’entourer de partenaires de choix. Coordonné par AgustaWesland, ce consortium compte en effet parmi ses membres Airbus, Dassault Aviation, EADS, Thalès…

  • DHIMYOTHIS S.A. capitalise

    Pour sa nouvelle capitalisation, Dhimyotis recherchait un partenaire de renom susceptible de lui apporter les fonds propres nécessaires à son développement commercial. Depuis le mois de juillet, c’est chose faite puisque le groupe Lefebvre-Sarrut, holding des Editions Francis Lefebvre, Dalloz,... vient de prendre 34% de Dhimyotis S.A., devenant ainsi l’actionnaire principal. Créée en Mars 2005 par Y. Leplard, actuel Directeur R&D, Dhimyotis développe des solutions d’authentification, de chiffrement, de signature électronique et d'archivage à valeur légale. Elle compte aujourd’hui 10 salariés et devrait porter ses effectifs à 15 salariés dans quelques mois.

  • Médaille de bronze

    Arnaud Devos, chercheur à l’IEMN, a reçu la médaille de bronze du CNRS pour ses travaux en acoustique picoseconde. Une technique révolutionnaire qui consiste à produire des sons ultra haute fréquence dans des nano-objets et permet de réaliser des expériences proches du sonar à des échelles de temps et de taille inédites. Tout en poursuivant ses travaux de recherche, Arnaud Devos accompagne aujourd’hui Patrick Emery dans son projet d’entreprise, dans laquelle il occupera la fonction de consultant scientifique.