Sélectionnez une thematique :

Vous êtes ici : accueil > Focus Laboratoire > URECA : de l’analyse des comportements aux applications quotidiennes

URECA : de l’analyse des comportements aux applications quotidiennes

L’Unité de recherche en sciences cognitives et affectives (URECA) de l’Université de Lille 3 a développé une expertise scientifique et technique de pointe dans les situations où la perception, l’action, la cognition et les émotions sont intimement liées. Une pluridisciplinarité unique en France à laquelle de nombreux industriels font appel pour des études comportementales ciblées. Ces coopérations permettent aux équipes d’améliorer leur plateforme technique, et de lancer des recherches sur des nouvelles thématiques pouvant déboucher sur des applications originales.
L’URECA a développé des savoir-faire complémentaires au croisement des études sur les comportements, la cognition et les états émotionnels. Elle participe à des projets de recherche pluridisciplinaires dans les secteurs de l’industrie, de la san- té et de l’éducation. “Sur la base de notre expertise, explique Yann Coello, directeur de l’URECA, ces collaborations permettent de proposer des solutions dans des sec- teurs innovants, d’envisager de nouveaux axes de recherche et en conséquence de resserrer les liens entre recherche académique et développement industriel.”



Une plateforme unique

“Les travaux des équipes de recherche s’appuient sur la plateforme technologique M-Pace que nous avons développée et mise au point au cours de ces dernières années. Cette plateforme permet de conjuguer des données comportementales (analyse des prises de décision, quantification des paramètres cinétiques et cinématiques des performances motrices, étude des stratégies visuelles, etc.) avec des données sur les capacités d’apprentissage et sur les réactions physiologiques (états émotionnels, stress, plaisir, etc.).”



Taper dans l'oeil de la pub

En suivant, grâce à une caméra, la trajectoire des yeux d’une personne mise en présence, par exemple, d’une affiche publicitaire ou d’un packaging produit, les chercheurs de l’URECA identifient les points précis qui attirent le regard (contraste lumineux, point de couleur, forme particulière, etc). À travers l’analyse du contenu de l’image (un produit appétissant, une image attirante, etc.) il est ensuite possible de définir les états émotionnellement positifs et les conditions favorisant les prises de décision comportementale. “Dans ce type d’étude, indique Laurent Sparrow, chercheur à l’URECA, le concepteur peut ainsi évaluer la lisibilité et l’impact de son message publicitaire. Ces études permettent également de concevoir des interfaces avec des environnements virtuels plus efficaces ou encore des aides à la navigation. Parmi les différents projets en cours, nous prévoyons de travailler sur une méthode d’enrichissement des supports multimédias par l’apparition de messages complémentaires (réalité augmentée) lorsque le regard du sujet croise un point précis.”



Evaluer l'autonomie

Dans un autre domaine, URECA a participé avec l’Unité d'Evaluation, de Réentraînement et d'Orientation Socio-professionnelle, à la mise au point de tests permettant d’évaluer l’autonomie dans la vie quotidienne de personnes présentant des déficits cognitifs suite à un accident cérébral ou dans le cadre du vieillissement pathologique. “Jusque là, indique Yann Coello, la plupart des tests évaluaient les fonctions cognitives comme la mémoire ou l’attention et renseignaient peu sur les aptitudes dans la planification des actions complexes conditionnant l’autonomie des personnes dans la vie quotidienne. Dans le contexte de la santé mentale, poursuit Yvonne Delevoye-Turrell, des questions similaires se posent avec en plus le souci de la prise de poids qui est une conséquence souvent directe des traitements médicamenteux. Ainsi, en association avec Schuhfried, leader mondial d’édition de tests informatisés, nous développons des mesures objectives qui permettent d’évaluer positivement les capacités d’autonomie, approches qui permettront à terme d’adapter les stratégies de rééducation et de remédiation à la situation exacte du patient, avec un objectif d’autonomie maximale.

L’Unité de recherche en sciences cognitives et affectives comprend une soixantaine de membres : chercheurs, chercheurs associés, doctorants et post-doctorants.



Pour info
  • Levée de fonds réussie pour V-Cult

    L’entreprise V-Cult, fondée en septembre 2009 par Tom GAUTHIER, a conclu fin décembre une levée de fonds de 230 000 € auprès d'inves- tisseurs privés. V-Cult finance ainsi la finalisation du développement de beloola.fr, monde virtuel multi- utilisateur en 3D temps-réel, dédié à la culture et à l’autoédition musicale. Beloola entame actuellement ses premières phases de test technique, et recrute encore quelques testeurs sur le site www.beloola.com

  • Création de MENAPiC

    L’entreprise MENAPiC a été créée le 15 mars 2010 par Patrick EMERY et Arnaud DEVOS. Entrée en incubation en septembre 2009, MENAPiC analyse à l’échelle du nanomètre les caractéristiques mécaniques des circuits intégrés. Pour cela, elle s’appuie sur une technologie développée par l’équipe acoustique ISEN-CNRS dirigée par Arnaud DEVOS. L’équipe prépare le développement d’un outil de mesure basé sur cette même technologie. Les clients de MENAPiC sont les industriels du secteur de la microélectronique.

  • DEWDROPS se déploie

    DEWDROPS, entreprise créée en mars 2007 par William EVERETT, a participé du 7 au 11 mars dernier au «Waste Management 2010 Symposia» de Phoenix (U.S.A.) pour y présenter sa solution de traitement des huiles et solvants radioactifs. L’entreprise entre actuellement en phase de commercialisation avec comme interlocuteurs les grands acteurs du nucléaire. Afin de financer cette nouvelle étape, un premier tour de table vient d’être finalisé avec les fonds d’amorçage régionaux, INOVAM et FINORPA, qui participent à hauteur de 125 000 € chacun.
    www.dewdrops.fr